Edito

Sauvons nos buis de la pyrale

Les buis ont payé un lourd tribut à la pyrale cette année sur notre commune, surtout en cette fin d’été : ils ont été décimés et montrent aujourd’hui un triste spectacle …

Pourtant, il existe un traitement naturel efficace contre la pyrale, ces petits papillons brun et blanc venus d’Asie depuis 2008, dont la larve s’attaque aux feuilles des buis et tissent des toiles blanches entre les branches. Lorsque vous détectez la présence de la pyrale du buis dans votre jardin, il est nécessaire d’agir rapidement avant qu’elle ne se reproduise et ne cause trop de dégâts.

A l’apparition des chenilles, dont les cycles se répètent en fin avril-mai, fin juin-juillet, et fin août-septembre, vous pouvez opérer un traitement naturel contre la pyrale du  buis,  à base de Bacillus Thuringiensis (bactérie qui infecte le système digestif des chenilles et qui les tue en quelques jours) :  il se dégrade aux U.V.  et est sans danger pour l’environnement, les animaux et les humains. Il se présente sous forme de poudre. Il faut pulvériser sur l’ensemble des buis, idéalement sur et sous les feuilles car les pontes ont lieu sous les feuilles, en renouvelant l’opération tous les mois jusqu’à l’hiver, sinon les oeufs ou les larves non traitées donneront lieu à de nouvelles invasions de chenilles vertes. A faire par temps sec, sous peine que le traitement soit lessivé en quelques heures.

On commence aussi à trouver dans le commerce des pièges à phéromones brevetés par l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) qui, en capturant des adultes mâles, réduisent les possibilités d’accouplements. Ils servent aussi et surtout d’indicateurs de la présence du ravageur, signifiant par conséquent l’opportunité de traiter.

Bien sûr, seuls les buis de nos jardins pourront être sauvés… Mais cela ne vaut-il pas la peine d’être tenté, les buis faisant tellement partie du paysage naturel de nos garrigues ? Plusieurs foyers en ont fait l’essai dans leur jardin sur Bouquet, avec des résultats tout à fait satisfaisants : c’est encourageant.

Murets de pierres à l’Eglise de Bouquet

Comme nous vous l’avions annoncé, les travaux de l’association « Faire » ont démarré : ils vont refaire l’entourage des containers « ordures ménagères » en contrebas de l’église, ainsi qu’ un muret de soutènement sur la terrasse des fruitiers partagés. Tout cela dans l’optique de la valorisation de notre patrimoine.

Affouage 2018 / 2019 : les inscriptions sont ouvertes !