• Home
  • /Les paysages de garrigue

Les paysages de garrigue

Les paysages de notre garrigue ont évolué, évoluent et continueront à le faire sous l’effet des activités humaines, du pastoralisme et plus généralement des pratiques agricoles qui la modèlent.

La garrigue qui s’étage et s’étale autour du Mont Bouquet, ou des collines de San Peyre et de Gautefrache, ne ressemble pas à celle qui existait il y a cent ans. Et n’est pas celle qui va encore se transformer dans les décennies à venir. Est-ce à dire que les paysages et la biodiversité s’appauvrissent inexorablement ? Eh bien non, tant la garrigue est directement tributaire des pratiques humaines qu’elle subit, et inversement du respect qu’elle reçoit.

Le pastoralisme, l’évolution des parcours, ainsi que l’entretien des espaces fermés, sans parler de l’utilisation des sols pour le développement des énergies renouvelables, … – tout cela contribue au paysage de nos garrigues. Et nous en sommes les dépositaires : à nous d’en transmettre le caractère si particulier aux générations futures.

Activités humaines et évolution des paysages à Bouquet (Uzège)

« Chaque jour le paysage se modifie imperceptiblement. Un instant, et la lumière a changé, une branche ploie sous le vent, un nuage passe devant un plan lointain, une feuille émerge du sol pour devenir plante. Je suis au sommet de la colline de San Peyre. Au premier plan, un cade, Juniperus oxycedrus macrocarpa, … »
Lire l’article in extenso

Catherine Ferrière. Publié en 2019 dans la revue « La nouvelle cigale uzégeoise« 

2017-10-31_093620

Les dynamiques de la garrigue

« On assiste au sein d’un milieu à ce que l’on appelle une dynamique de végétation : une succession naturelle faite de plusieurs stades dont l’aboutissement est représenté par le stade terminal (appelé « climax »), en l’occurrence ici :  la forêt.  Pour ne rien simplifier, cette dynamique pourra être perturbée si l’homme intervient à un moment donné, et les conséquences n’en seront pas les mêmes en fonction du type d’intervention (pâturage, coupes…). (…) » En savoir plus

Encyclopédie vivante des garrigues, rédigé par le Collectif des Garrigues, avec un schéma illustratif des Ecologistes de l’Euzière.

Dynamique_evolution4_20090326100741_20090326101310

Garrigues et biodiversité

« Au-delà du simple espace de pâturage, la garrigue, c’est aussi une importante biodiversité végétale aux fonctions et services écosystémiques réels. Le devenir de ce paysage est suspendu à la façon dont l’espace territorial s’organisera dans les années à venir, à moins que le changement climatique ne vienne bouleverser l’équilibre. Les grands dangers qui pèsent à l’heure actuelle sur la garrigue sont l’abandon du pastoralisme, le développement de la forêt et l’urbanisation. L’érosion de la biodiversité peut être abordée suivant ses trois dimensions : perte de diversité génétique, disparition et raréfaction d’espèces et dégradation d’écosystèmes (détérioration et perte d’habitats).(…) »
En savoir plus

La garrigue en 3D

20200331_112047

Préservation de la garrigue

« Les enjeux de préservation d’aujourd’hui reposent en grande partie sur la compréhension des processus d’évolution dynamique des milieux et de leurs interactions avec les activités humaines changeantes. Un de ces enjeux repose avant tout sur la préservation de la mosaïque des paysages qui composent les garrigues méditerranéennes. Dans ce cas, comme le font remarquer Catherine et Raphaël Larrère, «on en vient à prendre soin d’une nature qui n’est pas extérieure à l’homme, mais qui porte la marque des activités productives qui s’y sont succédé…». Protéger des milieux, c’est maintenir des activités… Le « respect de la nature », principe quasi sacralisé de non interventionnisme, s’inverse ici en parti pris gestionnaire. Il s’agit d’éviter la fermeture des milieux… dont on sait qu’elle se traduirait par une moindre richesse de la flore et de la faune (…). »
En savoir plus

Les Amis du Muséum National d’Histoire Naturelle, « La biodiversité menacée : l’exemple des garrigues méditerranéennes », V. Mure, Botaniste et Ingénieur agronome, 2012.

2021-02-27_122301

Nous utilisons des cookies

Vous pouvez accepter ou refuser l’utilisation de cookies qui nous permettent de réaliser des statistiques de visites de notre site. Politique de confidentialité