• Home
  • /Patrimoine
  • /1944 : maquis de la Résistance à Bouquet, et charnier de Célas –

1944 : maquis de la Résistance à Bouquet, et charnier de Célas –

2016-09-26_182332En octobre 44, on découvrait l’horreur. 30 furent les hommes et les femmes précipités en juillet 44 dans le puits de Célas (commune de Mons).  Ces martyrs de la barbarie nazie furent capturés, torturés puis jetés dans cet ancien puits à lignite d’une profondeur de 132 mètres.

Le charnier sera découvert après un signalement fait le 12 septembre 1944 au sous-préfet d’Alès, Laurent Spadale, par le service de renseignement des Forces françaises de l’intérieur et des Francs-Tireurs et Partisans français et une enquête menée par le commissariat de police.

Souvenons-nous en : c’est sur dénonciation que le maquis qui devait se constituer dans la campagne de Bouquet a été identifié. Les victimes furent exécutées entre le 09 juin et le 12 juillet 1944 par les Waffen SS. A la découverte du charnier, 30 corps atrocement mutilés furent identifiés.

Les corps déchiquetés et gonflés par l’eau d’une trentaine de patriotes (dont deux femmes d’origine allemande elles aussi résistantes, et deux miliciens) seront remontés avec un treuil à main muni d’une benne avec l’aide de Robert  de Joly, spéléologue renommé de Marseille et des miliciens arrêtés et enfermés au Fort Vauban d’Alès. Quatre pénibles journées auront été nécessaires pour extraire les cadavres que les docteurs Bataille (responsable Santé des FTPF), Champetier (médecin des FFI Alès), Mosnier, Melle Caulet, infirmière, tenteront d’identifier. Près de 25 000 personnes assisteront à leurs funérailles qui se dérouleront le 18 septembre 1944 au cimetière d’Alès.

Parmi ces trente victimes, donc, les deux miliciens étaient employés à l’usine salindroise Alais-Froges-Camargue : les résistants Lucien Jalabert et Hugues Zerbini. Deux maquisards qui ne faisaient pas parti du même réseau clandestin mais qui étaient membres de la résistance intérieure française.

Le plus jeune, Lucien Jalabert, âgé de 22 ans, était ouvrier au service entretien (ajusteur) de l’usine. Pour éviter le travail obligatoire en Allemagne (STO) avec son copain Francis Roche, qui travaillait également à l’usine, ils s’engagèrent dans la clandestinité au sein du maquis d’Aire de Cote. Puis ils rejoignirent le maquis du Collet-de-Dèze où Lucien fut capturé par les Allemands. Incarcéré au Fort Vauban d’Alès, il fut atrocement torturé par la Gestapo avant d’être précité dans le puits de Célas, fin mai 1944.

2016-09-26_183638Hugues Zerbini, âgé de 39 ans était agent de maîtrise à l’atelier de fabrication de l’alumine et de la chaufferie. Il fut, avec deux autres employés de l’usine, Louis Paul et Charles Portalier, l’un des créateurs d’un groupement de résistance à Salindres (mars 1943). Mouvement dont le camp de base se situait sur la commune de Rousson (Panissières). Chargé de constituer un pied à terre pour le maquis sur le territoire de la commune de Bouquet (Saussines), Zerbini et deux de ses adjoints, Marcel Pantel et Henri Lanot, furent arrêtés par les Waffens-SS au mas de Quissargues le 05 juillet 1944 à Bouquet ; et après avoir été battus et martyrisés dans les mêmes geôles que Jalabert, ils furent également précipités, en juillet 1944, dans le puits de Célas.

20160926_191723-copierEt chaque année depuis la fin de la guerre, l’ensemble des élus du territoire, des anciens combattants et des habitants sensibles à cette page noire de notre histoire se retrouvent pour commémorer l’acte de barbarie perpétré par des soldats nazis, aidés par la milice française.  C’est pour se remémorer l’histoire du projet de maquis à Bouquet pendant la Résistance, ainsi que l’arrestation des miliciens au Mas de Quissargues en 1944, que la Stèle de la Résistance a été édifiée par la municipalité de Bouquet en 1996, sous la mandature de Mr Millard de Montrion.

N’oublions jamais …

 

Nous utilisons des cookies

Vous pouvez accepter ou refuser l’utilisation de cookies qui nous permettent de réaliser des statistiques de visites de notre site. Politique de confidentialité